Actualités

Agenda militant janvier- février- mars 2019

samedi 26 janvier 2019 : Projection-débat « Agriculture paysanne : solution au dérèglement climatique ? »

A Rocherfort (17).

En présence de Benoit Biteau Paysan Agronome, Jean François Périgné Trésorier National de la Confédération Paysanne et témoin dans l’affaire du Siècle, De Eric Kerneïs directeur de l’INRA de Saint Laurent de la Prée, de François Gastal de Aclimaterra, de la LPO.

Plus d’informations ici : https://www.facebook.com/events/2447862452108115/

samedi 26 janvier 2019 : Formation « Contexte foncier en
Ile-de-France : repères et clés de compréhension », à Paris (75).

formation organisée en partenariat entre Les Amis de la Conf’, le réseau AMAP IDF et l’association Terre de Liens IDF.

Horaires et lieu : Accueil café 14h, formation 14h30-18h30

au Pavillon de l’eau, 77 avenue de Versailles, 75016 Paris, M° Mirabeau ou RER C Javel

Plus d’infos et inscriptions : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLScv_qZlcw56uiEoVqw2iDsA8OsIhaHsuFQ_KpUWnkIo5u27aw/viewform?usp=sf_link

Du 20 au 27 janvier : Forum social local du Morbihan

Co-organisé par les Amis de la Conf’. Venez nous voir sur notre stand !

Plus d’infos ici : https://fsl56.org/2019/programme

mercredi 30 janvier 2019 : Projection du film « Pour quelques Grains d’Or », puis échange sur la question de l’eau, en présence d’Antoine Pariset, porte parole et candidat aux élections chambre d’agriculture dans le Rhône. A Villeurbanne.

En présence de Jean-François Périgné, d’Antoine Pariset de la Conf’ Rhône, la Coordination Eau Bien Commun et le Réseau AMAP AURA.

Plus d’infos ici : https://www.facebook.com/events/741272716256601/

 

mercredi 20 février 2019 : Formation « Terre de liens, je t’explique ! », à Paris (75).

formation organisée en partenariat entre Les Amis de la Conf’, le réseau AMAP IDF et l’association Terre de Liens IDF.

Horaires et lieu : Accueil café 14h, formation 14h30-18h30 19h-21h30 Apéro-dinatoire partagé

Où : Maison de la vie associative et citoyenne du Marais, 5 rue Perrée, Paris

Plus d’infos et inscriptions : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdZLQCcyD-PGRtdeFRYsdcbbQCkGM3ZpZSn5IKjjtkW7puSzA/viewform?usp=sf_link

Du 19 mars au 28 mars 2019 : Semaine de l’Agriculture paysanne dans les Grandes Ecoles (Ile-de-France).

Toutes les infos ici : https://www.facebook.com/SemaineAgriculturePaysanne/

vendredi 29 mars et samedi 30 mars 2019 : Marché paysan, à Montreuil (93)

Plus d’infos ici : https://www.facebook.com/events/2557615950978493/

dimanche 31 mars 2019 : Marché paysan, à Asnières (92).

Plus d’infos ici : https://www.facebook.com/events/3010396882319680/

samedi 13 avril 2019 : Formation « La PAC, quesako? », à Bagnolet (93).

formation organisée en partenariat entre Les Amis de la Conf’, le réseau AMAP IDF et l’association Terre de Liens IDF.

Horaires et lieu : de 9h30 – 12h30, dans les locaux de la Confédération paysanne, au 104 rue Robespierre  93170 Bagnolet

Plus d’infos et inscriptions ici : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLScxkKTyV9sXTqZw_1ynVS5pHEP1lo3pIWhIz81KIuYN3eEMvA/viewform?usp=sf_link

Des FORMATIONS gratuites pour nos adhérents, cap sur 2019 !

En 2017, nous avions, avec nos partenaires des AMAP Ile de France  et de Terre de Liens Ile de France,  lancé une campagne de formation,  avec des interventions de qualité portant sur les structures du monde agricole, le foncier, le passage au bio, les politiques alimentaires et d’autres sujets. Depuis, nous continuons à les développer et à en proposer de nouvelles !

 

Cap sur 2019 !

Nous vous invitons donc à prendre connaissance de toutes les dates des formations, en cliquant sur le catalogue de formation : 🔽🔽

 

N.B : Certaines dates seront confirmées très prochainement. Nous les mettrons à jour sur cette page.

 

 

[Projection-débat à Villeurbanne – 31 janvier 2019] Quelle agriculture pour quelle eau ?

Une vingtaine de personnes étaient présentes  pour cette soirée à la MJC de Villeurbanne, salle de projection « La Balise 46 « , à l’occasion de la projection-débat autour du film « Pour quelques grains d’or », tourné en 2009 en Charente maritime.Cette soirée a donné lieu à des échanges très nourris avec la salle et des discussions qui se sont prolongées autour d’un verre au bar de la MJC !

Retour sur cette soirée ici : http://lesamisdelaconf.org/2019/02/06/projection-debat-a-villeurbanne-31-janvier-2019-quelle-agriculture-pour-quelle-eau/

[Projection débat à Rochefort – 26 janvier 2019] L’agriculture paysanne : solution au réchauffement climatique ?

Quelques 70 personnes étaient présentes pour ce premier rendez-vous de l’année autour d’une projection-débat, organisée par les Amis de la Conf’ 17 au Palais des Congrès à Rochefort : l’agriculture paysanne : solution au réchauffement climatique ?

Après trois courtes vidéos présentant les enjeux, plusieurs intervenants ont démontré l’importance majeure de l’agriculture paysanne dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Retour sur cette soirée ici : http://lesamisdelaconf.org/2019/02/06/projection-debat-a-rochefort-26-janvier-2019-lagriculture-paysanne-solution-au-rechauffement-climatique/

 

Cagnotte de solidarité avec les paysan(ne)s Morbihannais dont les installations ont été vandalisées,

Depuis mi décembre, une série d’actes de vandalisme touche des paysan(ne)s, maraîchers et éleveurs du sud Morbihan : plusieurs milliers de plants de légumes coupés et laissés sur place, des bâches de tunnels lacérées ou encore des bottes de foin brûlées et des bâches de protection de tas de foin détruites.
A travers ces actes, c’est l’outil de travail qui est touché, le revenu de l’agriculteur qui est menacé et parfois l’avenir des fermes qui est en jeu avec des dégâts atteignant plusieurs milliers d’euros par site. Les agriculteurs ont porté plainte, et un suspect a été arrêté. Mais la plupart du temps les agriculteurs ne sont pas assurés individuellement contre ce genre de sinistre car les coûts sont trop élevés, et puis lorsqu’il y a indemnisations, elles sont longues à venir ce qui met les fermes en difficulté.
Pour soutenir les paysans touchés par ces dégradations la solidarité doit prendre le relais. La Confédération Paysanne et les AmiEs de la Conf’ du Morbihan vous invitent à venir en aide financièrement aux paysan(ne)s impactés.
Nous ouvrons cette cagnotte en ligne jusqu’à la fin du mois de février, période à l’issue de laquelle nous répartirons l’argent collecté entre les paysan(ne)s au prorata des dégats de chacun. Nous nous engageons à en rendre compte à chaque participant ainsi qu’au public à la fin février.
Modalités :
Avoir une carte bancaire (carte bleue, visa, mastercard) avec le numéro de carte, la date d’expiration et le code de vérification à 3 chiffres. Ce sont des paiements sécurisés.
Pour en savoir plus sur ces actes de vandalisme :

LETTRE TRIMESTRIELLE N°50 – JANVIER 2019

« Élections Chambres d’agriculture », « Formations », « Conseil d’Administration de début d’année », « Marchés paysans », « DG Agri », « Intervention des Amis à Montpellier, lors du séminaire Démocratie alimentaire« , « Campagne Décidons de notre alimentation !« , « L’Empire de l’Or Rouge – Projection débat », « Actus GCO : Grand Contournement Ouest de Strasbourg », « VIVEA : l’aventure… », et l’agenda jusqu’à début Avril, avec de nombreux évènements à venir !

Formations, marchés paysans, semaine de l’agriculture paysanne, on ne chôme pas et on espère vous y retrouver !

 

Bonne lecture !

 

Téléchargez la lettre trimestrielle n° 50 de janvier 2019

 

1000 mercis pour votre soutien au combat de la Confédération paysanne contre l’industrialisation de l’agriculture.

Agriculture industrialisée, alimentation dénaturée… environnement saccagé !

120 000 euros pour soutenir le combat de la Confédération paysanne contre l’industrialisation de l’agriculture : l’objectif est enfin atteint grâce à vous !!

 1000 mercis !!

 

En 2013 et en 2014, la Confédération paysanne lors de deux actions non violentes alerte l’ensemble de la société sur les dangers de l’industrialisation de l’agriculture, en démontant symboliquement quelques éléments de la future salle de traite de la ferme-usine des 1000 vaches en construction. La justice a reconnu cet acte comme « symbolique et relevant d’une action de lanceurs d’alerte ». C’est pourtant suite à cette même action que 6 militants de la Confédération paysanne ont été condamnés au civil le 13 septembre par le tribunal d’Amiens à « dédommager » de 120.000€ la ferme-usine des 1000 vaches !

 

Cette ferme-usine qui affiche clairement que sa production principale est celle de fumier et de lisier destinés à la méthanisation, plaçant le lait comme un sous-produit des déjections animales, est le symbole même de la dérive qui, avec la connivence des industriels de la filière laitière, met les paysannes et paysans sur la paille. Elle est la concrétisation de la doctrine de regroupement et d’agrandissement des filières qui se développe dans notre pays ; doctrine ouvertement soutenue par la « tête pensante » du syndicat agricole majoritaire : « Il existe des fermes de 4700 vaches en Roumanie. Mon fils y travaille. Elles sont dans des conditions remarquables », déclarait Christiane Lambert le 20 janvier 2018 sur TV5. Contrairement à cette déclaration, 1000 vaches dans un hangar, ce n’est pas notre conception du bien-être animal.

 

Grâce à votre soutien, de belles victoires ont déjà été remportées : la ferme des 4000 taurillons à Digoin en Saône-et-Loire a reçu un avis négatif du commissaire enquêteur, le projet de la ferme du Poiroux avec 23000 cochons aux Sables-d’Olonne en Vendée a été abandonné, tout comme la ferme des 12000 porcs à Saint-Symphorien-en-Gironde ou la ferme de Mont de 2500 vaches et chèvres en Indre-et-Loire…

Nous tenons encore  à remercier ici celles et ceux qui par leurs dons et leur générosité ont permis d’atteindre les 120.000 euros pour payer les dommages et intérêts iniques réclamés à la Conf par la société Ramery dans l’affaire de la ferme usine des 1000 vaches.
Grâce à cette solidarité, grâce à vous, plus de moyens pourront être utilisé-e-s pour lutter contre l’agriculture industrielle et ses ravages, et pouvoir proposer une agriculture à taille humaine et une véritable démocratie alimentaire.

 

C’est de notre alimentation qu’il s’agit ! Ensemble, pour le projet de l’agriculture paysanne contre l’industrialisation de l’agriculture

Victoire de Via Campesina

Célèbrons l’adoption de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales.

Lien direct: https://viacampesina.org/fr/

– L’Assemblée Générale des Nations Unies adopte enfin la Déclaration des droits des paysan·e·s ! L’accent doit maintenant être mis sur sa mise en œuvre.

– La Via Campesina au Maroc pour un pacte global de solidarité avec les migrants et les réfugiés.

Via Campesina, c’est 200 millions de petits paysans, 182 organisations dans 81 pays !

Petites annonces

https://www.confederationpaysanne.fr/petites_annonces.php

+++

Petit reportage d’ FR3 Limousin sur la problématique de la « transmission » d’une ferme en Limousin , avec le témoignage de notre camarade et Ami Christian , paysan Creusois installé en Bio , qui souhaite  » relayer  » tout ce patrimoine qu’il a « construit et mis en œuvre pendant de longues années faisant ainsi la démonstration  ainsi que  » nos fermes ne sont pas des Usines !  » Pour toute information contactez  la sympathique animatrice auprès de l’ ADEAR Limousin .     Marion Chauprade – ADEAR Limousin      contact@adearlimousin.com

Faîtes circuler sur vos réseaux, Merci,  Les Amis de la Conf’ Limouzi

Reportage d’ FR3 Limousin du Dimanche 25 Novembre 2018 lors du journal le 19/20

Solidarité avec les migrantes et les migrants

Tribune de la Confédération paysanne en solidarité avec les migrantes et les migrants

DowDnEHXUAA8tKn.jpg

Nous, paysannes et paysans de la Confédération paysanne, voulons élever la voix face à la situation terrible que vivent les personnes qui tentent le pire pour trouver refuge en France ou ailleurs.

Nous ne pouvons rester muet·tes quand tant d’enfants, de femmes et d’hommes souffrent et périssent dans les geôles libyennes, soudanaises et de tant de pays, dans le désert ou la Méditerranée.

Nous ne pouvons plus continuer à nous taire face à l’hypocrisie de nos dirigeant·es politiques qui sont capables de laisser un bateau dériver pendant des jours sans tendre la main, qui séparent des familles, enferment des enfants, éventrent des toiles de tente en plein cœur de l’hiver, condamnent l’humanisme et la fraternité en polluant la justice et la loi à grands coups de « délits de solidarité ».

Nous ne pouvons rester muet·tes en tant que syndicat paysan, membre de la Via campesina, car nombreux sont nos sœurs et nos frères, travailleuses et travailleurs de la terre, à devoir fuir quand des financiers ou des Etats leur volent leurs terres, qu’il s’agisse d’assurer leur sécurité alimentaire ou d’assouvir leur mode de consommation. Déjà plus de 30 millions d’hectares de terres nourricières ont été accaparées par des Bolloré et autres fonds spéculatifs.

Nous ne pouvons rester muet·tes parce que le développement de formes industrielles d’agriculture a contribué à dérégler le climat et transformé leurs terres en désert, parce qu’avec d’autres pays riches, dont certains pays du Sud, nous continuons à piller l’eau et les ressources de leurs pays et à armer les conflits, parce que notre gouvernement, aidé par la Commission européenne, multiplie les accords commerciaux qui orchestrent le pillage des ressources naturelles et l’impunité des multinationales.

La libre circulation des capitaux et des marchandises, l’obligation d’ouvrir les frontières à tous les pays signataires des accords de Marrakech de 1994 instituant l’Organisation mondiale du commerce (OMC), ont favorisé l’arrivée massive de surplus agricoles qui ont tué l’activité économique des pays concernés. Les accords de libre-échange ont provoqué un grave recul de l’autonomie alimentaire de l’Afrique. Les lois du commerce sont d’abord responsables de « la fabrique » des migrant·es, dont les conséquences ne font que commencer, et qui, il faut le rappeler, touchent en priorité les pays voisins. Les politiques au pouvoir, qui demandent aux paysannes et aux paysans de nourrir le monde, participent coupablement à la situation actuelle.

Ces sœurs et frères migrants, s’ils ne sont pas renvoyés ou délaissés, combien sont-ils à finir exploités comme des esclaves, transformés en main d’œuvre malléable et corvéable à merci ? Comme certaines et certains, forçats dans nos champs et nos serres, sans toits, sans espoirs et sans droit.

Nous ne voulons pas que la France se résume à ces politiques, primaires et dépassées, de manipulation de la peur et de la méconnaissance. Par contre, nous approuvons la récente décision du Conseil constitutionnel concernant le « principe de fraternité » (1). Oui, la solidarité n’est pas un délit !

Comme tous ces héroïnes et héros ordinaires, de la vallée de la Roya à Calais, qui accueillent, nourrissent, soignent, consolent, accompagnent, espèrent ensemble, nous appelons les paysannes et les paysans de la Confédération paysanne à rejoindre les collectifs de solidarité qui se sont créés dans les nombreuses localités où sont implantés des centres d’accueil et d’orientation des migrants (CAO).

Face à l’accaparement des terres et des richesses, au Nord et encore plus au Sud, par une poignée de dictateurs et de multinationales, face à des politiques et des lois violentes et inhumaines, migrer est un droit, désobéir pour accueillir un devoir !

Tribune parue dans Campagnes Solidaires – Octobre 2018