Actualités

Solidarité avec les migrantes et les migrants

Tribune de la Confédération paysanne en solidarité avec les migrantes et les migrants

DowDnEHXUAA8tKn.jpg

Nous, paysannes et paysans de la Confédération paysanne, voulons élever la voix face à la situation terrible que vivent les personnes qui tentent le pire pour trouver refuge en France ou ailleurs.

Nous ne pouvons rester muet·tes quand tant d’enfants, de femmes et d’hommes souffrent et périssent dans les geôles libyennes, soudanaises et de tant de pays, dans le désert ou la Méditerranée.

Nous ne pouvons plus continuer à nous taire face à l’hypocrisie de nos dirigeant·es politiques qui sont capables de laisser un bateau dériver pendant des jours sans tendre la main, qui séparent des familles, enferment des enfants, éventrent des toiles de tente en plein cœur de l’hiver, condamnent l’humanisme et la fraternité en polluant la justice et la loi à grands coups de « délits de solidarité ».

Nous ne pouvons rester muet·tes en tant que syndicat paysan, membre de la Via campesina, car nombreux sont nos sœurs et nos frères, travailleuses et travailleurs de la terre, à devoir fuir quand des financiers ou des Etats leur volent leurs terres, qu’il s’agisse d’assurer leur sécurité alimentaire ou d’assouvir leur mode de consommation. Déjà plus de 30 millions d’hectares de terres nourricières ont été accaparées par des Bolloré et autres fonds spéculatifs.

Nous ne pouvons rester muet·tes parce que le développement de formes industrielles d’agriculture a contribué à dérégler le climat et transformé leurs terres en désert, parce qu’avec d’autres pays riches, dont certains pays du Sud, nous continuons à piller l’eau et les ressources de leurs pays et à armer les conflits, parce que notre gouvernement, aidé par la Commission européenne, multiplie les accords commerciaux qui orchestrent le pillage des ressources naturelles et l’impunité des multinationales.

La libre circulation des capitaux et des marchandises, l’obligation d’ouvrir les frontières à tous les pays signataires des accords de Marrakech de 1994 instituant l’Organisation mondiale du commerce (OMC), ont favorisé l’arrivée massive de surplus agricoles qui ont tué l’activité économique des pays concernés. Les accords de libre-échange ont provoqué un grave recul de l’autonomie alimentaire de l’Afrique. Les lois du commerce sont d’abord responsables de « la fabrique » des migrant·es, dont les conséquences ne font que commencer, et qui, il faut le rappeler, touchent en priorité les pays voisins. Les politiques au pouvoir, qui demandent aux paysannes et aux paysans de nourrir le monde, participent coupablement à la situation actuelle.

Ces sœurs et frères migrants, s’ils ne sont pas renvoyés ou délaissés, combien sont-ils à finir exploités comme des esclaves, transformés en main d’œuvre malléable et corvéable à merci ? Comme certaines et certains, forçats dans nos champs et nos serres, sans toits, sans espoirs et sans droit.

Nous ne voulons pas que la France se résume à ces politiques, primaires et dépassées, de manipulation de la peur et de la méconnaissance. Par contre, nous approuvons la récente décision du Conseil constitutionnel concernant le « principe de fraternité » (1). Oui, la solidarité n’est pas un délit !

Comme tous ces héroïnes et héros ordinaires, de la vallée de la Roya à Calais, qui accueillent, nourrissent, soignent, consolent, accompagnent, espèrent ensemble, nous appelons les paysannes et les paysans de la Confédération paysanne à rejoindre les collectifs de solidarité qui se sont créés dans les nombreuses localités où sont implantés des centres d’accueil et d’orientation des migrants (CAO).

Face à l’accaparement des terres et des richesses, au Nord et encore plus au Sud, par une poignée de dictateurs et de multinationales, face à des politiques et des lois violentes et inhumaines, migrer est un droit, désobéir pour accueillir un devoir !

Tribune parue dans Campagnes Solidaires – Octobre 2018

Abandon de l’A45 : VICTOIRE des opposant.e.s !

Réunie ce mercredi 17 octobre, la coordination des opposants à l’A45 se félicite de l’abandon de ce projet d’autoroute, imaginé au siècle passé et vieux de plusieurs dizaines d’années : c’est une TRES GRANDE victoire, fruit d’une mobilisation citoyenne exemplaire (dont les Amis de la Confédération paysanne sont partie prenante)  qui a eu raison d’une autoroute inutile et destructrice. La mobilisation citoyenne paie : à l’été 2016, suite au vote des financements par les collectivités territoriales, les promoteurs de l’A45 étaient sûrs de leur coup ! Par leur détermination et leur capacité à réunir jusqu’à 10 000 personnes et 130 tracteurs les 1 et 2 juillet 2017 à Saint-Maurice sur Dargoire, les opposant.e.s ont montré que ce projet d’autoroute, qui n’aurait rien résolu, faisait face à une résistance déterminée sur le terrain.

Mais nous exigeons un véritable plan B, pas un simple rafistolage de l’existant.

Infos sur: http://nona45.fr

Europacity ?

Les Amis de la Conf’, plus que jamais, continuent à soutenir le combat avec les opposants au projet Europacity. Et la mobilisation continue!
Agir : http://nonaeuropacity.com/
RDV le mercredi 14 novembre dès 9h !

Mercredi 11 juillet, l’Établissement public foncier d’Ile de France (EPFIF) poursuivait le collectif, le CPTG, devant le Tribunal de grande instance (TGI) de Pontoise, où il espérait obtenir des juges un OQTG (Ordre de Quitter la Terre de Gonesse) à l’encontre des choux, radis, carottes, courges, courgettes et autres cucurbitacées qui s’épanouissent là depuis mai 2017 et le grand rassemblement des opposants au projet de mégacentre commercial Europacity. Le CPTG n’ayant pas encore  de réponse à la demande d’aide juridictionnelle, le Président du CPTG lui-même a demandé le report de cette audience et le tribunal de référé a décidé le report au 12 septembre 2018. Une bonne trentaine de sauveteur-e-s des terres étaient présent-e-s de bon matin le 11 juillet au TGI de Pontoise.

 

Il est donc pour le moment encore possible de cultiver mais aussi de se réunir un dimanche sur deux sur le Triangle de Gonesse. Le collectif donne rendez-vous le samedi 1er septembre 2018 à tous ceux, petits et grands qui veulent venir faire la fête sur le Triangle de Gonesse.

Plus d’infos sur ce lien : A4-Affiche-01.09.2018-fb-1

 

De plus, le projet alternatif CARMA s’étoffe ! Voir http://carmagonesse.com/

 

Pour plus d’information: http://nonaeuropacity.com/

 

 

 

Printemps de l’alimentation durable – 20, 21 & 22 avril 2018

Plus de 1000 personnes étaient au rendez-vous!  Les Ami.e.s de la Conf étaient aussi présents : stand et conférence débat: « Décidons de notre alimentation! ». Un compte rendu est en préparation…


Pourquoi le Printemps de l’Alimentation durable?

« Face à l’industrialisation galopante de l’alimentation hors domicile qui produit des milliers de tonnes d’emballages, nous en sommes convaincus, il faut maintenant changer de braquet et montrer que des alternatives au fast-fooding et à la mauvaise bouffe sont possibles en valorisant les productions issues de l’agriculture locale.
C’est pour cette raison que nous organisons les 20, 21 et 22 avril prochain à Dolus d’Oléron (Charente-Maritime) le premier Printemps de l’Alimentation Durable, le PAD 2018
Pendant 3 jours, nous créerons ensemble l’expérience inédite d’un lieu d’échanges et de débats, de productions festives pour les grands comme pour les petits, mais aussi, nous poserons les premières graines d’un laboratoire à ciel ouvert porteur d’un projet pédagogique et social d’intérêt général que nous avons décidé de baptiser ZAD (Zone d’Alimentation Durable).
Cette Zone d’Alimentation Durable ainsi instituée aura pour objectif de placer l’agriculture et alimentation au cœur des enjeux des politiques publiques territoriales en réunissant chercheurs, artistes, agriculteurs, chefs de cuisine, agents de service, entrepreneurs et élus. C’est sur les 4 hectares du domaine de Cailletière propriété de la ville de Dolus que cette ZAD verra le jour grâce à votre contribution et soutien. »

Le programme du PAD :

Toute la semaine 

Diffusion et présentation d’ouvrages sur les questions alimentaires à la librairie des Pertuis à Saint-Pierre d’Oléron et à la bibliothèque de Dolus d’Oléron.

 

Vendredi 20 avril 

Au cinéma Eldorado de Saint-Pierre d’Oléron diffusion à 19h30 : apéro vin blanc et huîtres d’Oléron suivi d’une projection-débat à 20h30 du film Zéro phyto, 100 % bio en présence du réalisateur Guillaume Bodin et des intervenants du film.

 

Le samedi 21 avril sur le site de la Cailletière (Dolus d’Oléron)

 

10h, conférence de presse d’ouverture du Printemps de l’Alimentation Durable avec :

 

Joël Labbé sénateur du Morbihan, auteur de la Loi sur l’interdiction des pesticides sur l’espace public,

Benoît Biteau conseiller régional Nouvelle Aquitaine, auteur du livre Paysans résistants (Fayard)

Patrick Moquay ancien président de la CdC de l’Ile d’Oléron et enseignant-chercheur à l’école du paysage de Versailles,

Fabrice Roux restaurateur président de l’association Assiettes et Saveurs Marennes Oléron,

Benoît Simon président fondateur de l’association d’agriculteurs Marennes Oléron Produits et Saveurs,

Jean-François Périgné mytiliculteur et secrétaire général de la Confédération Paysanne,

Gilles Pérol président du réseau Un + bio,

Xavier Denamur restaurateur parisien et activiste indépendant,

Grégory Gendre maire de Dolus, vice-président de la CdC IO et du Pays Marennes Oléron.

 

11h : ouverture des portes au public et inauguration de la Zone d’Alimentation Durable

 

Atelier A : 11h30 – 12h30 atelier découverte des huîtres oléronaises avec l’ostréiculteur Jean-Marc Chailolleau et explications du sénateur Joël Labbé concernant ses propositions pour défendre l’huître naturelle. Présentation des espèces pêchées localement au port de la Cotinière,

Atelier B : 16h30 – 17h30 sur la petite scène, « les chefs de la cuisine collective et privée témoignent : comment cuisiner avec les légumes de saison » (association Assiettes et saveurs Marennes Oléron / réseau Un + bio),

Atelier C : 16h – 18h30 « les pédagogues du goût », atelier pour enfants organisé par la Cantine des Cocottes avec Christophe Demangel, chef de cuisine au collège Jules Grévy de Poligny et Bernard Michel, consultant en restauration collective,

Atelier D : 14h30 – 17h30 cour intérieure atelier « reportage et journalisme de terrain » animé par Denis Robert.

 

Salle de conférence (lieu associatif géré par le collectif la Colo)

 

11h à 13h : présentation du lieu et du collectif citoyen

Conférence 1 : de 14h – 15h Bien manger sans se ruiner avec une nutrition positive pour sa santé (animation par Loïc Guiffan, Enseignant à la faculté de sport de Nantes),

Conférence 2 : de 15h15 – 16h15 Les enjeux de la sécurité alimentaire sur les territoires (animation par Stéphane Linou, locavore historique),

Conférence 3 : de 16h30 – 17h30 Les externalités positives et négatives des modèles agricoles et leurs impacts sur la gestion des sols animée par Jérôme Orvain élu régional, Jean-François Périgné et Edouard Rousseau agriculteur biologique,

Conférence 4 : de 17h45 – 18h45 L’agriculture sur le Pays Marennes Oléron : enjeux de l’accès au foncier et gestion des circuit-courts par Jean-Marie Gilardeau élu en charge du marais de Brouage et Christine Nadreau agricultrice et co-gérante de la ferme de la Josière,

19h – 23h : animation du lieu par le collectif citoyen la Colo

 

Sur et autour de la grande scène :

14h30 – 15h30    spectacle pour enfants par la compagnie Art Borescence – Cathy Lejeune,

20h30 – 22h Chorale éphémère et groupe musical local en lien avec l’association Hippocampe

22h15 – 23h30 concert de l’Homme parle, made in Occitanie

 

Et toute la journée…

Dans la grande cour de la Cailletière :

Stand 1. Récupération des dons, financements et partenariats pour soutenir le projet Mac Dol et suivre le volet juridique du dossier à la cour d’appel de Bordeaux et au tribunal administratif de Poitiers,

Stand 2. Librairie des Pertuis, dédicaces et rencontres avec les auteurs Véronique Richez Lerouge « Manifeste du bien manger », Benoît Biteau « Paysan résistant », Gilles Luneau « L’alimentation en otage », Xavier Denamur « Et si on se mettait à table ? »

Stand 3. Les amis de la Conf’ avec recueil de propositions pour la mise en œuvre d’un Programme Alimentaire Territorial

 

Activités au jardin, village associatif, ateliers cuisine, animations et jeux pour enfants

 

Entrée gratuite avec gobelets payants à partir de 2 € (caution de 1€).

Participation libre et consciente.

Restauration bio, locale et de saison

 

Au programme le dimanche 22 avril

 

Chantier participatif de 10h à 12h pour le nettoyage du site et son rangement,

De 12h à 14h synthèse des échanges du WE, propositions des actions à mener pour la suite en local et en fonction de l’agenda national, annonce de l’organisation du PAD 2019 en région Occitanie,

Pique-nique collectif

Au cinéma Eldorado de Saint-Pierre d’Oléron diffusion à 18h du film « On a 20 ans pour changer le monde » et à 20h du dernier film de Denis Robert en avant-première et en exclusivité avec débat en présence du réalisateur.

Aquí no pasa nada – film de Yannick Chaumeil, produit par La Confédération paysanne et Les Amis de la Conf’

 

 

AQUI NO PASA NADA (« Ici il ne se passe rien ») est un film de Yannick Chaumeil, produit par La Confédération paysanne et les Ami.e.s de la Conf’ sur ce que deviennent les accords de paix en Colombie, notamment en milieu rural, après le voyage d’une délégation internationale de Via Campesina.

Rassemblant divers témoignages et interventions recueillis lors de la dernière mission internationale en Colombie de La Via Campesina, ce documentaire met en lumière, par la voix des ex combattants et des petits paysans, l’ extrême lenteur de la mise en place de ces accords de paix, trop souvent ponctuée par les assassinats de leaders sociaux et les accrochages avec l’armée. La Colombie saura-t-elle assumer une paix stable et durable, leitmotiv des négociations entre le gouvernement et les FARC?

 

 

Ce film, d’une heure, sous-titré, vient se sortir et vous pouvez le visionner sur:

https://vimeo.com/255287179

Indiquer le mot de passe: viacolombia2017
Un DVD a été créé. Il est disponible pour la somme de 5 euros, en vente directe (prévoir frais de transports pour envoi, environ 3 euros). Commande au 01.43.62.18.70 ou sur contact@lesamisdelaconf.org.

Les 5 et 6 avril 2018 : Procès des Faucheurs d’OGM à Dijon

Les Ami.e.s de la Confédération paysanne soutiennent les Faucheurs volontaires d’OGM!

 

Ils ont neutralisé des parcelles d’essais de colzas génétiquement modifiés : des OGM qui ne sont pas obtenus par transgénèse (introduction d’un gène complet) mais par mutagénèse (on transforme le gène en place en utilisant des agents mutagènes).

Ces colzas ont été mutés pour tolérer  un herbicide : ce sont des plantes pesticides brevetées reconnues OGM par la directive européenne 2001/18 mais exclues de son champ d’application donc ni évaluées, ni étiquetées, ni appelées OGM. Ce sont des OGM CACHÉS.

Ces plantes mutées ont les mêmes effets sur les autres cultures, l’environnement et la santé que les plantes transgéniques. (Rappelons que la culture de celles-ci est interdite en France). Cliquez sur l’image cidessous pour télécharger l’affiche dans son format d’origine.

 

 

Par leur action de désobéissance civique, les Faucheurs Volontaires veulent alerter de la présence de ces OGM CACHÉS dans les champs et demander l’arrêt de ces cultures.

 

L’exemption de la loi des OGM mutés risque fort de s’appliquer aussi aux NOUVEAUX OGM issus des nouvelles biotechnologies qui vont bientôt sortir des laboratoires et qui ne sont absolument pas maîtrisés. Les conséquences sur tout le vivant seront incontrôlées et irrémédiables.

 

Les Faucheurs volontaires continuent leurs luttes non violentes pour la défense du vivant.

 

Ils comparaissent aussi pour refus de prises d’empreintes et d’ADN.

Alors RDV les 5 et 6 avril à Dijon, à partir de 7h place Winston!

Plus d’infos sur ce lien du programme.

Des FORMATIONS gratuites pour nos adhérents

En 2017, nous avions, avec nos partenaires des AMAP Ile de France  et de Terre de Liens Ile de France,  lancé une campagne de formation.

 

Plus de 20 formations étaient offertes à nos adhérents .

 

Des interventions de qualité portant sur les structures du monde agricole, le foncier, le passage au bio et d’autres sujets ont rassemblé près de 400 personnes des trois associations.

 

Nous renouvelons l’expérience en 2018!

 

Nous vous invitons donc à prendre connaissance de toutes les dates des formations, soit en ligne sur le lien ci-dessous; soit en téléchargeant le catalogue de formation sur le lien ci-dessous :

 

 

catalogue de formations 2018, Ami.e.s de la Conf’, AMAP et TDL IDF

 

 

Non à Mac Do sur l’Ile d’Oléron ! RDV en AVRIL …

RDV en Avril sur l’Ile d’Oléron !

Invitation (télécharger) : Dolus présentation Printemps de l’Alimentation Durable!

Pour soutenir la lutte de la municipalité de DOLUS, elle en a besoin, cliquez ci-dessous, merci !

https://www.helloasso.com/utilisateurs/gendre-gregory/collectes/en-route-pour-le-second-round

Voir  aussi l’article des Ami.e.s de la Conf dans le n° de Mars de CAMPAGNES SOLIDAIRES, la revue mensuelle de la Confédération paysanne.

L’histoire:

Trois ans que le maire de Dolus-d’Oléron tient tête à McDonald, le géant de la malbouffe qui veut s’imposer dans ce charmant village de la côte atlantique.

Ce combat, le maire, la municipalité et la majorité de la population de Dolus le mène pour sauvegarder le caractère de son village, pour défendre les petits restaurants de l’île, pour lutter contre la malbouffe et éviter les innombrables déchets que dégage un restaurant « McDo ».

Il faut dire que la chaîne américaine qui a déjà plus de 1.300 points de vente sur le sol français entend bien imposer un peu partout ses « restaurants » standardisés et sans âme, y compris dans les lieux qui mériteraient d’en être préservés.

Savez-vous par exemple, que Mc Donald’s veut s’implanter sur la magnifique place du Duomo à Florence ? Et pour faire plier la municipalité qui résiste, elle aussi, ils sortent l’artillerie lourde.

McDonald’s réclame 17 millions d’euros à Florence !!

Vous imaginez la puissance de la multinationale et de son armée d’avocats face à un maire ?

De quoi tordre le bras à tous les élus qui souhaitent préserver leur village ou leur vieux quartier de ce type de commerces uniformisés, aux antipodes de l’esprit « gastronomie française » et « village de charme ».

Le maire de Dolus-d’Oléron tient bon depuis 3 ans, et va faire appel devant la cour administrative de Bordeaux. Mais combien de temps pourra-t-il tenir encore ?

Pour lui donner la force de continuer et l’aider à gagner ce combat salutaire pour la fierté et la beauté de nos villages français, il lui faut le soutien et les encouragements de milliers de personnes, de partout en France.

Le site de la Cailletière, à Dolus, où aura lieu le Printemps de l’alimentation durable en Avril 2018. Les Amis de la Conf y seront !

Merci de vous joindre à cet élan de solidarité !

Nous vous tiendrons au courant, sur cette page,

de l’évolution de cette lutte, que nous soutenons.