Retour sur la projection-débat « Le round-up face à ses juges »

Une vingtaine de personnes étaient présentes pour ce dernier ciné-débat avant l’été, le 4 juin dernier, dans les locaux de la Confédération paysanne à Bagnolet, où nous avions le plaisir d’être en présence du nouveau secrétariat national de la Conf’: Nicolas Girod, porte-parole, Damien Houdebine, pôle végétal et environnement, Véronique Marchesseau, secrétaire générale, Jean-François Périgné, trésorier et pôles eau et international, lien avec les Amis de la Conf’.

Synopsis du documentaire : À la lumière du procès symbolique de Monsanto tenu en 2016 à La Haye, Marie-Monique Robin expose l’ampleur du scandale sanitaire lié au Roundup, herbicide le plus vendu au monde. Un réquisitoire accablant, paroles de victimes et d’experts à l’appui.

 

Discussion : La discussion a porté sur :

– les enjeux de la sortie des pesticides pour une agriculture durable et moins nocive pour la santé et l’environnement : nécessité d’un accompagnement adéquat des paysans, nécessité d’un changement de modèle de société avec besoin de concertation pour éviter une confrontation délétère entre citoyens et usagers des pesticides (en majorité, les agriculteurs) sur cette question, nécessité d’une révision de la PAC post-2020 (subvention non à l’hectare mais à l’actif  sur le pilier 1et plus d’aides pour les démarches positives pour l’environnement sur le pilier 2)

– la position actuelle du gouvernement français (report à 3 ans de l’interdiction du glyphosate) et de l’Union européenne (report de 5 ans du débat sur le sujet) sur la sortie du glyphosate

– l’importance d’expliquer techniquement aux citoyens comment fonctionnent les différents pesticides (et pas seulement le glyphosate), leur usage et leurs conséquences différenciées selon les pays

– la sémantique utilisée, le terme « agriculture conventionnelle » faisant référence à un modèle d’agriculture productiviste appuyée à la sortie de la Seconde guerre mondiale sur la mécanisation, l’agrandissement des exploitations, l’utilisation de produits phytosanitaires et financée par la PAC actuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *